StarProd
DYADE
1996

CAMBALUC
1997


ARCHITECTURES
1998


AVANTI !
2000


DAL VIVO
2001


MIRABASSI & JAGODZINSKI TRIO
2002


(((AIR)))
2003


LIVE AT SUNSIDE !
2003 (DVD)


MORE FROM SUNSIDE
2004


PRIMA O POI
2005


LIVE@MOKKIRI-YA
2005


LIVE IN JAPAN
2005 (DVD)


LUCKY BOYS
2006


C MINOR
2006


CANTOPIANO
2006


ARTERO BREL
2006


TERRA FURIOSA
2008


LA PRINCESSE ET LES CROQUE-NOTES
2008


OUT OF TRACK
2009


LIVE @ THE BLUE NOTE, TOKYO
2010


¡ ADELANTE !
2011


VIVA V.E.R.D.I.
2013


TRIBUTE TO BILL
2013


PRIMA O POI

    Les albums parfaits se préparent comme des hold up. On les mûrit très longtemps, on les rêve mille fois, on garde ses amis sûrs à proximité, on attend, et le jour J, tout s'enchaine avec un naturel confondant. " Tôt ou tard ", Giovanni Mirabassi devait le faire. Douze ans que ce pianiste italien de 35 ans creuse son tunnel dans le jazz français. Un premier " casse " d'estime en 1998 avec ses " Architectures " ciselées comme du Baudelaire ; un deuxième plus tonitruant en 2000, " Avanti ", chants révolutionnaires transfigurés en standards de jazz, un autre plus osé, en 2003, " Air ", conversation planante entre un piano, un trombone et un bugle. Mais toujours cette marginalité difficile à gérer. Et puis le jour J ... Louis Moutin pour la maîtrise des beat, Gildas Boclé à la corde piquée ou glissée, Flavio Boltro dont le son de trompette percerait tous les coffres, un nouveau label, une grosse envie d'oxygène, le tour est joué. A ceux qui lui reprochaient de ne pas " jouer du jazz ", de naviguer trop près des rives noires du romantisme, Mirabassi répond par un éclatant braquage musical, neuf bijoux volés au ronron ambiant.
    Oui, il s'agit bien de jazz. Du moins celui qu'on a envie d'entendre en 2005. Un jazz qui se moque des diktats du commerce pour mieux commercer avec celui qui l'écoute. Du jazz ludique, groovant, libre. Aussi pensé qu'irréfléchi. Qu'il soit irrigué par les pulsations du Brésil (Llôro), qu'il flirte avec le musette (Howl's moving castle) ou plane dans une valse lente et lascive, que le funk vienne déstructurer ses tempos (Tôt ou tard) pour s'achever en un choral solaire façon Petrucciani, c'est avant tout du jazz. Gonflé à bloc, jamais gonflant. Le lyrisme est toujours là, la mélancolie aussi, mais digérés, éléments constitutifs d'un style de jeu et d'écriture désormais assumé.
    Comme tant d'autres enfants de la génération ECM, Mirabassi a été nourri au sein des Corea, Jarrett, Gismonti. Il a rencontré Schumann et Bill Evans, a mixé le tout avec Parker et Baker, bref, il s'est construit grâce à eux. Tôt ou tard, il fallait leur dire, sans chichis, sans honte. Comme avant un long voyage, Mirabassi range ses tiroirs d'enfance et ne garde que le meilleur. Voilà qui j'étais (Ero Io), voilà qui je suis. Demain, on verra plus tard… Au final, ça donne une barcarolle qui vire en 6/8 afro (Barcarole), une partition de jeunesse tout imprégnée de Chick (Minor Voyage), un hommage au grand-oncle boucher aventurier (Il Bandolero Stanco), une symphonie nerveuse (Symphomaniax), une toccata qui tue (Llôro), une BO de Myazaki aérienne (Howl's Moving Castle). Ca donne surtout un jazz heureux de vivre. Tôt ou tard, il fallait se replonger dans le Styx d'Evans et de Chet et bien immerger le talon. C'est chose faite. A domani Giovanni.
BRUNO COSTEMALLE



Album PRIMA O POI - Giovanni Mirabassi